Partagez | 
 

 Hansel Jäger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Leaders

avatar


▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼

Je m'appelle : Hansel Jäger
Je suis ici depuis le : 05/05/2015
Mes messages s'élèvent à : 93
Je suis : Célibataire
Boulot : Tueur de Sorcière
Personnage en trois mots : Débrouillard, Impulsif, Lunatique
Doublette(s) : Diederick Flötenspieler
On dit que je ressemble à : Matt Lanter


MessageSujet: Hansel Jäger   Jeu 7 Mai - 18:54



Hansel Jäger



IDENTITÉ
Nom :
Jäger
Prénom(s) :
Hansel
surnom(s) :
Hans
Date de Naissance :
6 octobre
âge :
20 ans
Sexe :
Masculin
Orientation :
Hétérosexuel
Conte :
Hansel et Gretel
Groupe :
Leaders
avatar :
Matt Lanter



Changements
Dans la version originale, les enfants se font abandonner dans la forêt deux fois. Dans la première tentative, les enfants déposes des cailloux derrière eux pour retrouver leur chemin. La seconde fois, ils ont utilisé du pain que les corbeaux mangèrent.

Dans la version originale, Gretel pousse la sorcière dans le four et cette dernière y périt, dans ma version, elle réussit à s'en sortir pour pourchasser les enfants.

Dans la version originale, les enfants retrouvent leur père à la toute fin ce qui n'arrive pas dans la mienne.
CARACTÈRE
Mon personnage est quelqu'un qui est difficile d'approche, mais une fois son amitié conquise, il est quelqu'un de très sociable et protecteur, surtout envers les filles à cause de la disparition tragique de sa jeune sœur. Légèrement narcissique, mais rien de vraiment dérangeant. Il adore faire rougir les jolies demoiselles et rendre jaloux les garçons. Il aime plaisanter, mais s'irrite facilement si on le provoque et n'hésite pas à venir aux coups ou aux armes s'il le faut.


HISTOIRE
Mon histoire, n'est pas comme toutes les autres. Elle ne comporte pas de princesse en détresse secourue par un beau prince charmant. Il n'y a pas de : Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants. Mon histoire n'a surtout pas de fin heureuse. Elle n'est que drame, horreur et tristesse.

Je me prénomme Hansel. Ma vie n'a pas toujours été aussi horrible. Malgré tous, lorsque j'étais enfant, j'avais une vie simple, j'étais un petit garçon jovial, enthousiaste et tout simplement heureux. Je n'ai pas grandi dans une grande famille bien nanti. Mon père travaillait très fort pour ramener que quelques petites pièces à la fin d'une grosse journée de labeur à bûcher du bois encore et encore. Beau temps, mauvais temps. Exploité qu'il était, qu'il disait. Ma mère quand t'a elle, était une personne simple dans la vie. Elle se contentait de ce qu'elle avait, un mari formidable et un jeune petit garçon serviable. Bref, nous étions heureux. Heureux dans notre petite maison délabrée, qui passait proche de s'effondrer chaque fois que le vent se levait un peu trop fort, sur la lisière d'une forêt remplie de mystère. Ah, cette forêt, je n'avais pas le droit d'y poser les pieds, seulement lorsque j'étais accompagné de mon père pour " l'aider " à bûcher du bois. Vous devinerez bien assez vite que du haut de mes 2 ans, je n'aidais pas énormément, mais j'aimais bien le croire. Fort que j'étais, que mon père disait lorsque je ramassais deux ou trois brindilles à la fois. Oui, pour me répéter, Heureux que nous étions.

Ma vie a complètement chamboulé un soir. Je me souviendrais toujours de ce soir. C'était un soir sans étoiles dans le ciel. J'étais assis sur mon lit et je fixais le ciel à la recherche de la grosse lune. J'étais loin de me douter que ce soir soit le dernier où le joli sourire d'enfant innocent sur mes lèvres serait présent. Loin de me douter que les années qui allaient suivre seraient un véritable enfer.

Assis sur mon lit j'entendis soudainement ma mère crier. Je me suis levé de mon lit et d'un pas décidé d'homme viril de 2 ans, haut de mes trois pommes, je sortis de ma chambre et le spectacle qui se trouvait devant moi était d'une horreur et d'une cruauté totale. Mon père tenait dans ses bras un petit bébé en pleure et il pleurait lui aussi, mais étrangement, ce n'est pas un sourire qui se trouvait sur ses lèvres. Cela prit un très long moment avant que je réalise que, derrière mon père, se trouvait là un corps inerte. C'était en m'approchant brièvement que je reconnus le corps de ma mère. Ma mère avait donné la vie à une belle petite fille, mais avait abandonné la sienne. Mon père me donna alors l'être qui venait de naître et me dis d'une voix tremblotante que cette enfant était ma jeune sœur et qu'elle se prénommait : Gretel.

Jamais ma sœur ne connaîtra cette parti de ma vie. Chaque fois qu'elle me demandait comment maman était partie, je lui disais tous simplement que les fées de la forêt étaient venues la chercher pour une grande mission spéciale. Seulement pour la regarder sourire et l'entendre rire de son magnifique petit rire cristallin. Quant à moi, j'étais devenu un garçon différent. Je ne souriais plus, je n'allais plus aider mon père dans la forêt. Les seuls moments où l'on pouvait apercevoir de la joie dans mes yeux, c'était lorsque je me trouvais en présence de Gretel. Je vois maman lorsque je la regarde, mais en beaucoup plus petite.

Mon père ne prit pas beaucoup de temps avant de se remarier. Avant, je disais que c'était parce que papa avait peur d'être tout seul. Aujourd'hui je dirais plus que c'était pour des besoins plus personnels. Bref, je m'égare. Il s'était remarié très vite, quelques mois après la mort de maman et je n'ai jamais su pourquoi. Par contre, ce que je sais, c'est que cette femme était le mal incarné. C'était une femme avec beaucoup de moyens financiers, mais telle une séraphin sanguinaire, elle n'a absolument rien changé dans notre mode de vie. Nous étions toujours dans notre petite maison flageolante et je dirais même que notre vie était encore pire. Elle vérifiait le moindre petit achat. Les cadeaux, les surprises et même les bonbons n'étaient devenues que rêves et souvenirs. La seule personne dans cette maudite maison qui avait le droit de bénéficier de sucreries, était ma petite sœur. À partir de mes 5 ans je sortais le soir tard, je sortais par la fenêtre de ma chambre et disant à Gretel de faire le guet. Je me rendais au village le plus près et volais quelques bonbons que je rapportais directement à la maison, pour donner à ma sœur. Seulement pour la voir me sourire, voir le petit émerveillement dans ses yeux.

Ma vie resta la même durant encore quelques années. La haine envers ma belle-mère montait de jour en jour où je vieillissais. Le mépris que j'avais fait grandir à l'intérieur de moi pour mon père ne cessait de me renfermer dans ma coquille. Je grandis dans la misère, mangeais qu'un seul et misérable petit repas par jour et parfois, je me privais complètement pour donner ma part à ma soeur, qui avait souvent encore faim.

Un jour, j'avais entendu parler ma belle-mère avec quelqu'un. Mon père? Je ne sais pas. Et même encore aujourd'hui, la réponse à cette énigme reste toujours inconnue. Habituellement, je ne me souciais guère de ce que cette vieille mégère racontait, mais cette fois, la conversation attira mon attention. À cette époque, j'avais 10 ans, j'étais devenu un grand jeune homme. J'étais collé, oreille contre la porte, pour bien entendre le discours pitoyable de la femme de mon paternel. Elle pleurait, ce qui malgré moi me fils sourire, mais je le perdis aussitôt que je compris quelques mots, ces mots résonnèrent longtemps dans mon esprit et ils furent : Je dois me débarrasser de ces enfants...
Le visage livide, mon regard dans le néant et mon corps rendu lourd sous la crainte, se tourna et je m'étais dirigé vers mon lit, où je me suis assis. J'ai alors regardé ma petite sœur, qui avait maintenant 8 ans. Et je me suis alors mis à réfléchir, réfléchir et réfléchir encore.

Ma vie prit une nouvelle tournure ce soir. Je me souviendrais toujours de ce soir. Tout comme la dernière fois que j'avais vraiment pris le temps de regarder le grand ciel noir, ils n'y avaient aucune étoile et la lune était toujours introuvable. Je n'avais même pas pris la peine d'enfiler mon pyjama. Je l'avais attendu et cela ne prit pas beaucoup de temps avant que la chipie entra dans ma chambre. Elle m'avait dit de me lever, ce que je fis et elle avait réveillé Gretel. Elle nous avait dit qu'elle voulait jouer à un petit jeu avec nous. Nous l'avions alors suivi et nous sommes alors pénétrés dans la forêt si mystérieuse. J'avais retiré de ma poche de petits cailloux blancs, que j'ai laissés tomber derrière moi. Elle nous avait alors dit de continuer tous droit, que juste devant nous, une grande surprise nous attendait. Incrédule, ma sœur partie joyeusement en courant et je n'ai pas eu le choix de la suivre. Arrête que je lui criais, trop joyeuse qu'elle était. J'ai rapidement fini par l'attraper par le bras pour l'empêcher de continuer à s'éloigner comme cela plus longtemps. Je me suis alors retourné pour revenir sur mes pas et revenir à la maison, ma piste avait complètement disparu. La seule trace qui me restait était des stupides corbeaux qui mangeaient mes cailloux blancs, mes faux cailloux blancs. En réalité, c'était de la mie de pain que j'avais roulé en boule pour donner l'illusion de toutes petites roches.
Nous avons alors marché et marchés dans cette obscure forêt pour retrouver notre chemin, mais très rapidement la nuit était tombée et le vent était de plus en plus frisquet. Nous étions de plus en plus fatigués et ma sœur commençait à avoir mal à ses pieds. Nous nous sommes alors arrêtés et assis contre un arbre. Je pris alors ma sœur contre moi pour la réconforter, car cela ne prit pas beaucoup de temps avant qu'elle réalise la situation et qu'elle se mette à pleurer. Je ne put dire combien de temps il s'est écoulé, mais moi et Gretel nous nous sommes endormi, blotti l'un contre l'autre, abandonnés, seuls, dans cette forêt remplies de mystères.

Mon sommeil fut alors perturbé par un rayon de lumière. J'ai ouvert mes yeux et vis devant moi une petite lumière scintillante. Une lumière de ma maison? Mon père avec une torche qui nous cherche? Je devais aller voir, c'était plus fort que moi. J'ai donc réveillé Gretel en lui pointant la lumière, petite lumière d'espoir. Nous nous sommes dirigés vers notre salut, mais nous avons été accueillis par autre chose. Devant moi, se trouvait une maison, mais une maison comme je ne l'avais jamais vu, une maison fait de sucres et de bonbons, une maison en pain d'épice. Je fus alors envahi par des émotions extraordinaires. Comme envoûté par cette merveille, j'ai couru dans sa direction. Je mordis à pleines dents contre la boîte aux lettres en chocolat. Chocolats, réglisses, guimauves, bonbons rouges, verts, jaunes, bleus, un paradis pour enfants, un enfer pour les dents. J'ai mangé et mangé, comme jamais auparavant. J'ai mangé et mangé, jusqu'en avoir mal au ventre. J'ai mangé et mangé, jusqu'à-ce que la porte de la maison s'ouvre dans un grand fracas. Juste devant moi se trouvait une femme, horrible, effrayante, émanant une odeur des plus dégoûtantes. Gretel se cacha derrière moi, effrayée par cette drôle de créature édentée. D'une voix grinçante elle me dit : J'ai de la bonne soupe à l'intérieur...

Si j'avais sût ce qui se serait produit par la suite, je ne serais jamais, au grand jamais entré dans cette demeure infernale. Je me suis alors approché d'un pas décidé d'homme courageux de 10 ans, haut de mes douze pommes et demie, je suis entré dans cette petite chaumière et le spectacle qui se trouvait devant moi était d'une beauté et d'un festin total. Rapide comme l'éclair, n'ayant même pas eu le temps de réagir, l'affreuse dame m'empoigna par ma tignasse et me cloîtra dans une cage, qu'elle referma et scella aussitôt. Les mains contre les barreaux graisseux j'ai crié et crié sans qu'elle ne m'écoute, jusqu'à ce qu'elle prononce des mots incompréhensibles et que je tombai sur le sol, mou comme une guenille, dans le noir absolu.

À mon réveil, je vis devant moi ma petite sœur, tenant un vieux balai, balayant à gauche et à droite, sous le regard noir de la méchante sorcière. Elle m'a alors lancé dans mon cachot des sucreries, me disant très clairement de tous manger, sans gaspiller la moindre miette, au risque de voir Gretel se faire carboniser devant mes yeux. Ce manège a duré plusieurs jours. Jour après jour je mangeais, à m'en rendre malade. Et je me suis mis à réfléchir, réfléchir et réfléchir encore.
C'est à ce moment que dans un conte de fées, qu'un beau et grand prince charmant viendrait nous sauver, mais mon histoire n'est pas comme toutes les autres, pour m'en sortir en vie, je vais devoir être moi-même le chevalier. C'est dans une fin d'après-midi que le moment fatidique arriva. La sorcière ordonna à ma sœur d'ouvrir le four, que je serais son prochain repas. Tout près de ma sœur, je la regardais, où était l'émerveillement dans ses yeux? Disparu. Une idée me traversa alors l'esprit et marmonna de petits mots à Gretel sans que la sorcière ne s'en aperçoive, trop occupé, elle coupait des légumes frais. Les mots qu'elle prononça alors me sauvèrent la vie et je serais éternellement reconnaissant : Je ne sais pas comment faire. La vieille sorcière se fâcha et s'approcha du four en criant des insultes odieux. Passant sa tête dans le four lui expliquant et maugréant des trucs qu'aujourd'hui je ne me souviens même pas, Gretel la poussa, enfermant la femme dans le four. Cela prit que quelques secondes avant que Gretel ouvre la porte de ma prison, j'ai agrippé sa main et sorti de la demeure. Nous avons couru et couru, comme jamais nous avions couru de toute notre vie.

Ma vie fut complètement détruite ce soir. Je me souviendrais toujours de ce soir. Arrêter de notre course folle, mes yeux se levèrent vers le ciel noir sans étoile, aucune lumière provenant de la lune introuvable. Une explosion au loin captiva notre attention, provenant directement de derrière nous et une silhouette s'approchait de nous à toute vitesse... La sorcière. Malheureusement un éclair de lumière toucha le sol juste devant moi et je sentis me corps quitter le sol et se déplacer plusieurs mètres plus loin. Sous l'impact et la force de ce sort magique, j'ai lâché la main de ma sœur et je ne me le pardonnerais jamais, jamais. Mon corps pénétra dans un arc lumineux et lorsque je retombai lourdement sur le sol, assommé par ma chute je restai étendu. Mon regard parcouru alors autour de moi, je venais d'atterrir ailleurs, car le jour était levé. De gauche à droite mon regard s'est promené et aucune trace de ma sœur. Le cœur battant la chamade, les bras engourdis et le souffle court je me suis relevé. Gretel, que j'ai criée, mais sans n'avoir aucune réponse, elle n'était pas avec moi, elle était toujours de l'autre côté de la faille. La seule réponse qui a fini par venir à moi est un rire, mais ce n'était pas un joli petit rire cristallin, mais un rire strident et assourdissant. Me retournant pour faire face au propriétaire du rire, je me retrouvai face à face avec la sorcière, qui souriait de toutes ses dents restantes. C'est dans une langue inconnue qu'elle me lança un tous dernier sort qui me fit tomber dans l'obscurité.

...

À mon réveil, j'étais étendu sur un lit. Paniqué, désorienté et faible. Une famille m'avait retrouvé en combat contre une sorcière et avait réussi à la faire partir et m'ont ramené chez eux. Ils m'ont lavé, habillés et nourris durant plusieurs années. Il était trop tard pour moi, j'étais devenu un nouvel homme. Ma sœur avait complètement disparu. Probablement que les fées l'ont secouru et lui avaient confié une mission spéciale. Je retrouverais cette sorcière et lui ferait payer toute la souffrance qu'elle m'a faite.
Avec cette nouvelle famille, j'ai grandi. Cela prit plusieurs mois, même peut-être un an, avant que je daigne ouvrir la bouche pour prononcer un mot.

Je me prénomme Hansel. Ma vie n'a pas toujours été aussi horrible. J'ai grandi dans un monde de misère, mais j'ai vieilli différemment. Avec les années, je suis devenu un beau jeune homme, grand et fort. J'ai appris à me défendre, à manier l'épée et tirer à l'arc. Je me suis promis de venger ma sœur et de tuer cette vilaine créature maléfique avant qu'elle ne détruise d'autre famille. J'ai appris à vivre sans ma sœur, mais du moins, c'est ce que je prétends. Je pleure parfois la nuit en pensant à elle. Assis contre mon lit, la tête contre la fenêtre, regardant le ciel sans étoiles, mais cette fois, j'ai réussi à trouver la lune. Elle est là, grosse et ronde, blanche, qui éclaire la nuit.

Aujourd'hui, étant un homme mature et costaud de 20 ans physiquement, haut de mes, je ne sais trop combien de pommes, c'est l'heure de modifier l'histoire de ma vie et de réussir à faire un chevalier de moi, de sauver ma princesse et de vivre heureux et d'avoir beaucoup d'enfants, mais avant d'affronter les multiples épreuves qui feront face à moi.


PSEUDO
∞ age : 22 ans.
∞ présence : Tous les jours, sans exception.
∞ comment as-tu connu BTD ? J'ai aidé à sa fondation.
∞ pourquoi les canards font ils « coin coin » ? Parce qu'ils ont rien d'autre à faire.
∞ commentaires : Rien à dire !!
∞ code du règlement : ♥ vérifié



AIDEZ NOUS POUR LE BOTTIN ♥

Code:
<textg>Lanter Matt</textg> [url=http://behindthedreams.forumsgratuits.com/u3]★[/url] <ptg>Jäger Hansel</ptg>


Dernière édition par Hansel Jäger le Sam 9 Jan - 17:48, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

PNJ ★

avatar


▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼

Je suis ici depuis le : 27/04/2015
Mes messages s'élèvent à : 80


MessageSujet: Re: Hansel Jäger   Ven 22 Mai - 11:19


Je ne crois pas que tu nécessites un petit mot, mais je t'en écris un tout de même. Félicitation, d'abord, tu es notre première présentation achevée sur le forum : ce qui est en soit tout un exploit. ♥ Ta présentation est superbe et je te souhaites bon jeu sur ce fantastique forum que tu as grandement aidé à former. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Leaders

avatar


▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼

Je m'appelle : Hansel Jäger
Je suis ici depuis le : 05/05/2015
Mes messages s'élèvent à : 93
Je suis : Célibataire
Boulot : Tueur de Sorcière
Personnage en trois mots : Débrouillard, Impulsif, Lunatique
Doublette(s) : Diederick Flötenspieler
On dit que je ressemble à : Matt Lanter


MessageSujet: Re: Hansel Jäger   Ven 22 Mai - 18:57

Yeah ^^ Merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé

▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼



MessageSujet: Re: Hansel Jäger   

Revenir en haut Aller en bas
 

Hansel Jäger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Necis ~ Royaume d'Hansel et Gretel
» Gretel sans Hansel...
» [#4] Le complot d'Hansel et Gretel. ( t e r m i n e )
» ▬ Hansel and Gretel
» Hansel, le mangeur de cookies ! [finie]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Il était une fois :: Carte d'identitée :: Fiches validées :: Leaders-